Lettre à Elise

Chère madame,

Vous ne vous en souvenez peut-être pas. C’était il y a un an, peut-être deux. Le flot emportait les passagers hors de ce train de banlieue ordinaire, celui qui repêche de peu les retardataires. Vous avais-je déjà aperçue ? Je ne sais pas.

Toujours est-il que votre blondeur a attiré mon regard. Vous teniez votre fille dans vos bras et vous descendiez, mal habile du haut de vos talons, ces quelques marches avant de gagner le quai puis, j’imagine, votre vie.

Dans l’espace d’un instant, nos yeux se sont croisés. J’ai été comme aspiré par leur brun profond. Manquant de rater une marche, vous avez esquissé un sourire et m’avez dit bonjour au moment de vous enfuir.

Continuer à lire … « Lettre à Elise »

Publicités

Allahou akbar

(inspiré de faits réels, il y a quelques semaines)

  • Bonjour monsieur, c’est bien la cabine du conducteur ?
  • [retirant mes écouteurs] Je vous demande pardon ?
  • Derrière cette porte, c’est bien la cabine du conducteur ?
  • Oui…
  • Savez-vous comment on peut le prévenir ?
  • Le prévenir de quoi ?
  • Il y a un homme dans le RER plus loin qui a un gros étui à guitare. Il faut prévenir le conducteur.
  • Mais pourquoi voulez-vous donc en informer le conducteur ? Il doit s’agir d’un violoncelle, rassurez-vous.
  • [alors que j’essaie d’évacuer l’image du grand blond avec une chaussure noire de ma tête] Vous ne voulez pas prévenir le conducteur ?
  • Non madame.

Continuer à lire … « Allahou akbar »