NSFW (-18)

Je te prendrai sur le bureau.

Je t’ignore depuis des jours entiers mais tu n’es pas jalouse, comment pourrais-tu l’être ? J’ai bien sûr eu d’autres plaisirs, d’autres distractions. Mais je viens, tu le sais.

Cela se passera comme avec les autres, dans l’urgence.

Continuer à lire … « NSFW (-18) »

Publicités

Sables émouvants

Le sable est un matériau granulaire. Ses propriétés physiques font qu’il se comporte tantôt comme un solide, tantôt comme un liquide.

Ce même sable est devenu, ces derniers jours, le théâtre d’une bien étrange pièce autour  d’un vêtement de baignade : le « Burkini ».

Le début de cet été 2016 avait déjà été marqué par le succès d’un autre mot-valise : le « Brexit ».

Ces deux mots partagent d’être des fabrications à visée marketing.

Continuer à lire … « Sables émouvants »

Le lapin, le lapin…

(Cette histoire n’est pas de moi, mais elle mériterait…)

Un procureur de la République désire savoir lequel des quatre services luttant contre la délinquance dans le ressort de son tribunal est le plus efficace.

A cette fin il décide de faire procéder à un test « grandeur nature » en faisant lâcher un lapin dans quatre bois différents, à charge pour chaque service de le retrouver. Continuer à lire … « Le lapin, le lapin… »

Quelque chose de bizarre… (2)

…(Chut! J’aime beaucoup cette chanson. Une des premières de Jean-Jacques Goldman)

C’était mois de novembre, le samedi 17 au soir.

Dans ce coin de légende où les trains ne mènent nulle part.

(tchou-tchou… c’est le train ça?)

La chaleur était pesante et le vent chaud incitait à boire.

Continuer à lire … « Quelque chose de bizarre… (2) »

Médecine, interne…

Tout ceci va donc très bien se passer. Mais je ne vois pas bien comment…

Ou comment la médecine générale va disparaître.

Avec ici, un bel exemple de ce qui se passe depuis quelques années.

Comme toute grande catastrophe, quand on l’aperçoit, elle s’est en réalité déjà produite.

Continuer à lire … « Médecine, interne… »

Soyez libres !

Prolégomènes

Ce billet vient compléter, le talent en moins, celui de mon amie, et médecin généraliste à Strasbourg, @docarnica : Le travail, cette maladie dont la lecture n’est pas nécessaire, mais très utile, à la compréhension de ce qui va suivre.

Je profite de cette tribune improvisée pour lui faire part de ma profonde admiration et pour vous inviter à flâner sur le reste de son blog (et si vous avez encore faim, c’est par ).

Celles et ceux qui me lisent régulièrement (je les connais tous par leur nom, c’est dire si ça fait pas bézef…) savent, les autres apprendront donc, que l’auteur de ces lignes s’est créé une petite spécialité : mettre en avant la bêtise des méthodes managériales à la mode. C’est ainsi que par exemple, j’ai pu vous parler des entretiens d’évaluation annuels, ici, ou d’une disposition bizarre du mariage pour tous, .
Continuer à lire … « Soyez libres ! »

Allahou akbar

(inspiré de faits réels, il y a quelques semaines)

  • Bonjour monsieur, c’est bien la cabine du conducteur ?
  • [retirant mes écouteurs] Je vous demande pardon ?
  • Derrière cette porte, c’est bien la cabine du conducteur ?
  • Oui…
  • Savez-vous comment on peut le prévenir ?
  • Le prévenir de quoi ?
  • Il y a un homme dans le RER plus loin qui a un gros étui à guitare. Il faut prévenir le conducteur.
  • Mais pourquoi voulez-vous donc en informer le conducteur ? Il doit s’agir d’un violoncelle, rassurez-vous.
  • [alors que j’essaie d’évacuer l’image du grand blond avec une chaussure noire de ma tête] Vous ne voulez pas prévenir le conducteur ?
  • Non madame.

Continuer à lire … « Allahou akbar »

Tempora mori, tempora mundis recorda

Je remonte ce texte pour introduire un lien vers un article ABSOLUMENT nécessaire : La semaine où la démocratie est morte.

Mes chers compatriotes,

Nous étions prévenus et cela ne nous a pas arrêté. Bien qu’alertés, nous n’en avons fait qu’à notre tête.

Pauvre de nous, malgré nos ultimes efforts, nous avons perdu la confiance de nos gouvernants.

Il faut aussi se mettre à leur place. Notre comportement est déroutant.

Continuer à lire … « Tempora mori, tempora mundis recorda »