Les galettes d’Enthoven

Le samedi 15 octobre 2016 à Enghien-Les-Bains (95), j’ai eu la joie intense de d’abord écouter Raphaël Enthoven (@Enthoven_R) sur un sujet difficile, la mort, puis d’échanger avec lui quelques instants.

Je retiens de cette journée une phrase qui tourne comme une machine à claques très bien réglée :

Vivre chaque jour comme si c’était le premier.

Cher Raphaël, je vous adresse donc la dédicace de ce texte en retour :

Je rêve du jour où nous nous rencontrerons encore pour la première fois, où nous aurons la surprise de nous attendre.

*******

Thomas : Ce matin, nous retrouvons Cypher pour sa chronique quotidienne.

Cypher : Bonjour Thomas.

Th : Bonjour Cypher, alors le thème de jour est : qu’est-ce que la morale de l’info ?

Cypher : Oui, Thomas. Qu’est-ce que la morale de l’info ? L’info peut-elle, doit-elle avoir une morale ? Ou alors s’agit-il d’une forfaiture ?

Th : Une forfaiture ? Vous y allez un peu fort, non ?

Cypher : Non, Thomas, écoutez. L’information est cette chose étrange, éphémère. C’est aussi un sujet de droit, le droit à l’information. Elle doit être accessible à tous et sur tous les sujets de la vie économique, sociale ou politique ; à la fois le droit d’informer et le droit d’être informé.

Ce matériau brut, quand le journaliste s’en saisit, devient autre chose. Il est trié, transformé, éditorialisé. L’information que le journaliste traite en dit autant sur l’information qu’il a retenue que, en creux, sur toutes celles qu’il a délaissées.

Th : Oui, c’est son métier en même temps…

Cypher : Evidemment ! Jusqu’au jour, déjà advenu, où c’est le traitement même de l’information qui devient l’information. Le matériau et son traitement sont confondus. Le second remplace le premier. Bref, quand on passe de la médiation, nécessaire, à la médiatisation.

Th : Bon, ok, Cypher, mais la morale dans tout ça ? les journalistes font pour la plupart de leur mieux.

Cypher : Faire de son mieux est une question d’éthique, la recherche du mieux, pas une question morale. Non ici, le prof de philo, et le philosophe lui-même atteint une limite car, sauf à devenir soi-même moralisateur, fonder la morale est selon certains difficile et pour d’autres impossible. Je ne m’y risquerai donc pas. La forfaiture serait ici.

Th : Ah oui ?

Cypher : Oui. Et d’ailleurs ce n’est pas cela que vous attendez de moi. Ce que vous attendez c’est une bonne vieille morale, à l’ancienne, comme La Fontaine savait les faire à nul autre pareil. Cette morale se rapproche bien plus des questions telles que :

Que dois-je faire ?

Qu’aurais-je dû faire ?

Y a-t-il des limites à mes actions ?

Th : Ce serait très bien ça !

Cypher : Oui mais non, Thomas. Et ici mon rôle alors s’éclaire.

Me gardant bien de répondre à l’une ou l’autre de ces questions, -Il ne m’appartient pas de dire ce qu’il faut, ou ce qu’il aurait fallu faire- mon rôle est de saisir dans un fait d’actualité, une information, ce qui doit pousser chacun à s’interroger, s’émerveiller, s’étonner.

En vérité, Thomas, ce que vous me demandez de faire est de trouver la bonne question. Celle qui vous permettra de découvrir ce que vous saviez déjà.

Th : Et la morale de l’info ?

Cypher : Elle n’est pas de moi. Elle est de Socrate :

« J’exerce le même métier que ma mère ; accoucher les esprits est ma tâche… »

Thomas : J’exerce le même métier que ma mère ; accoucher les esprits est ma tâche. C’était Cypher pour la Morale de l’info que l’on retrouve demain.

Cypher : A demain Thomas.

*******

Les chroniques quotidiennes de Raphaël Enthoven, le matin sur Europe 1, sont du sucre au gingembre pour votre café.

J’ai eu l’idée et l’envie de ce billet en découvrant sa chronique consacrée à la mort de Bud Spencer. Je me suis dis qu’il ne suffit pas d’être un habile joueur de mots pour écrire ça.

Bud Spencer, c’était le garde du corps des enfants.

Il y en a de nombreuses disponibles, je vous laisse vous y perdre. Je manquerais à mes devoirs si je ne vous permettais pas également d’accéder directement aux quelques suivantes :

Une banalité : le problème, c’est le feu, pas l’huile !

La vérité n’a aucune prise sur le soupçon

La confiance est une cause pas une conséquence

Rien n’est moins stable que l’identité

Tout visage est un masque

Toutes les tombes sont vides

Et maintenant, c’est à vous de jouer…

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s