Mettre 2 coups de trim à piquer puis commencer à gauchir…

La première gorgée de kérosène.

C’est la première chose que l’on remarque sur une base aérienne, cette odeur de kérosène mêlée des divers autres fluides nécessaires à faire tourner les « taxis ».

La démonstration de la Patrouille de France est annoncée. Je suis toujours un peu tendu à ce moment précis. Je n’aime pas trop que l’on me parle. Je rentre moi aussi dans ma bulle. Assister à cette présentation est une expérience très personnelle.

D’une durée totale d’une vingtaine de minutes, le show commence toujours par une série d’évolutions exécutées en patrouille. Les figures s’enchaînent. L’unité de la patrouille, vue depuis le sol, cache l’exercice de style en matière de pilotage.

On a pas finit de trimer !

L’impression est que l’on assiste au vol d’un seul et même avion. En pratique, chaque pilote autour du leader doit ajuster en permanence sa trajectoire pour rester dans le plan de ses ailes, tout en maintenant la distance avec l’avion de référence, 3 à 5 m en général, et en assurant les transitions entre les différentes formations.

Il faut des mois pour mettre en place la démonstration et cet enchaînement initial doit aussi permettre à chacun d’eux, comme au public, de se retrouver et de se remettre dedans.

C’est pas un sport de masse !

L’acrobatie aérienne est certes un passage obligé, mais le vol en patrouille n’est guère utilisé en dehors du vols militaires et le vol à basse altitude demande une grande concentration.

Bon ben, là, il s’agit de faire les trois en même temps…

La seconde partie du show, plus dynamique et qui a, et c’est bien normal, la préférence du public profane, est celle des évolutions en solo.

Dans cette partie, ma figure favorite est celle-ci, dite « sheriff ».

Vous aurez noté que les deux avions de part et d’autre vol sur la tranche, configuration hautement inconfortable dès qu’il s’agit de voler droit…

J’avoue que cette partie me plait moins que la première. Les effets visuels des croisements sont certes spectaculaires mais je connais les distances de sécurité utilisées qui sont évidemment nécessaires mais qui rendent paradoxalement cette partie moins intéressante pour moi. La principale difficulté ici étant, compte tenu du fait que les avions se séparent, et parfois de beaucoup, d’arriver à se retrouver. Le sens du rythme et de la chorégraphie prend, dans ce foisonnement de figures, tout son sens.

Pour aller plus loin que vous invite à regarder ce film qui présente aussi les autres patrouilles acrobatiques de l’armée de l’air, leurs rôles et leur préparation.

Ces hommes et ces femmes, passionnés, nous présentent ce qu’ils font de mieux, la science du pilotage poussée au maximum.

Une ombre toutefois sur eux. ils ne craignent pas l’ubérisation mais plus directement l’informatisation.

L’avènement des drones est un changement important. Le vol en unité ou au combat, déjà aujourd’hui, est devenu très éloigné de celui de présentation.

Les performance des avions modernes dépassent largement les capacités physiques de leur pilotes et ils sont donc bridés.

Ces deux phénomènes conjugués font que demain, l’homme ne sera plus à bord, facteur à la fois de coût et de limites.

Vous l’aviez compris, je ne serai pas de ceux qui regarderont les drones tourner, chère @MaudWonderland… (poke )

Photos tirées du site http://www.patrouilledefrance.fr/

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s