Le lapin, le lapin…

(Cette histoire n’est pas de moi, mais elle mériterait…)

Un procureur de la République désire savoir lequel des quatre services luttant contre la délinquance dans le ressort de son tribunal est le plus efficace.

A cette fin il décide de faire procéder à un test « grandeur nature » en faisant lâcher un lapin dans quatre bois différents, à charge pour chaque service de le retrouver. Continuer à lire … « Le lapin, le lapin… »

Sui Generis

(Texte lu et joué lors d’une fête de mariage)

Genèse, Article 2 alinéas 18 à 25 du Testament (ancien) du code pénal.

18 L’Éternel Dieu dit: Il n’est pas bon que l’homme soit seul ;…

Tous ceux qui ont vu un appartement d’un célibataire avant de rencontrer sa femme ne peuvent qu’être d’accord : « Il n’est pas bon que l’homme soit seul »!

… je lui ferai une aide semblable à lui.

Il faut se remettre dans le contexte, Adam et Ève. Depuis de génération en génération, un écart s’est créé. Les petits, les grands… les bruns et tous les autres… Continuer à lire … « Sui Generis »

Quelque chose de bizarre… (2)

…(Chut! J’aime beaucoup cette chanson. Une des premières de Jean-Jacques Goldman)

C’était mois de novembre, le samedi 17 au soir.

Dans ce coin de légende où les trains ne mènent nulle part.

(tchou-tchou… c’est le train ça?)

La chaleur était pesante et le vent chaud incitait à boire.

Continuer à lire … « Quelque chose de bizarre… (2) »

Quelque chose de bizarre…

Il venait de perdre la femme de sa vie. Il était triste évidemment.

Il savait qu’il allait voir ses enfants.

La veille, en gare d’Austerlitz, il était 22 heures passées. Il avait déjà fait « non » du regard à 3 ou 4 hommes qui mendiaient en traînant leur âme, lui qui n’en avait plus. Le train de nuit n° 3755 pour Rodez fût appelé, avec un changement pour Albi.

Cela faisait plusieurs années qu’il ne prenait plus l’avion. L’idée même de devoir se justifier de ne pas être un dangereux terroriste lui avait fait perdre jusqu’au désir de voler à 35.000 pieds (au goût) de tomates…

Non, il préférait désormais les moyens de transport doux. Vélo, TGV quand cela été possible et train de nuit donc, pour les durées plus longues. Et s’il y avait toujours autant de nuits, on trouvait de moins en moins de trains pour les traverser.

Continuer à lire … « Quelque chose de bizarre… »

Le bonheur, c’est les hôtes !

(Gare St Jean de Bordeaux, lundi vers 15 h)

– It’s a Brompton?

– Sorry?

– It’s a Brompton, right?

– Oh yes! It’s my bike. I’m waiting for my train back to Paris. Are you going to Paris?

– Oh no. I’ve been touring around South of France and North of Spain. I have a train in a couple of minutes to Nantes, then Saint Malo and Caen. And you?

– I was in Bordeaux for the week-end and I have just been riding around here, about 20 mi today. Where are you from?

– England. My train is platform 5. I have to leave. Have nice trip !

– Thanks ! So have you.

On fait parfois de drôles de rencontres, comme cet Anglais d’une soixantaine d’années bien tassées, à l’allure cycliste, au regard d’acier brossé par la pluie et le soleil, la poussière et le vent.

Me revenaient alors les moments marquants de ce weekend finissant.

Continuer à lire … « Le bonheur, c’est les hôtes ! »