Comme souffle un des noms du vent

Alain Mimoun franchit la ligne d'arrivée du marathon de Melbourne en 1956 | AFP/STAFF
Alain Mimoun franchit la ligne d’arrivée du marathon de Melbourne en 1956 | AFP/STAFF

Alain Mimoun est mort.

Il meurt comme il a vécu. On attendait un autre, et c’est lui coupe la ligne.

Il a été un grand champion mais c’est surtout un sacré mec qui nous quitte.

Il était un homme incroyable. Un homme qui m’a toujours ému au plus haut point.

Je me suis longtemps demandé pourquoi et je crois que je viens de le comprendre. Continuer à lire … « Comme souffle un des noms du vent »

Publicités

Qu’hybris le plus loin ?

(Suite des Chroniques de la cour de récré – Imprometheus)

François est devenu fou !

La rentrée des vacances de Noël est une catastrophe. La classe de Madame Marianne est à feu et à sang.

La cote de François baisse dans la classe à vitesse grand V. Il n’y a plus guère que quelques copains qui croient encore à cette histoire de ne pas entrer en 6ème.

La période de congé fut fatale à ses ambitions. Les élèves de retour h24 au sein de leur famille respective ont vite cédé aux coups de boutoir de « Qu’est-ce c’est que ces conneries ? » ou « Passe ton Bac, d’abord ! Même noté sur 24, ça reste une valeur (descendante) sûre ! »

Chacun, isolé, face à son parent 1 ou 2, voire ses parents 1 et 2 réunis appuyés par les grands-parents 11-12 et 21-22, n’avait aucune chance de s’en sortir.

Le résultat de cette lessive est que François ne sais plus trop quoi faire, rien peut-être… alors que rien ne va !

Jérôme est bien allé voir la Dirlo, Madame Marquelle, pour avouer sa turpitude.

François se disait que ce serait un mauvais moment à passer mais depuis il semble que le fait de planquer les billes soit généralisé et François de se demander s’il ne serait pas le seul con à ne pas le faire. Continuer à lire … « Qu’hybris le plus loin ? »

You’re miles away

Le système métrique m’emmerde.

Bien sûr il est pratique. On y est très habitué. Et sa capacité à s’additionner, se soustraire, se diviser ou se multiplier, voire monter en puissance, est exceptionnelle. Le mètre pour les distances, aires et volumes et le gramme pour le poids sont les mamelles des mesures pour nous figurer le monde.

C’est vrai… et ça me rend ma-la-de.

La seule entorse à la rectitude de ce système est la mesure du temps. Les calendriers et les horloges continuent de tourner sur un rythme qui n’est pas métrique, ni même décimal. Seule, la seconde aura du céder quelques pouces de terrain en deçà d’elle-même.

La Révolution française, qui n’est pas pour rien dans la généralisation du système que je vomis ce jour à bien tenté de régenter le calendrier aussi, avec le succès que nous avons vu. La décade (10 jours) n’a jamais remplacé la semaine, référence quasi universelle. Seules survivent encore, ça et là, des unités de mesure aussi pittoresques qu’imprécises comme le pouième, le cheveu, le poil (ou poil de cul, pour éviter la confusion avec le cheveu, qui se divise en quatre fractions appelées quart de poil) ou le chouïa. Continuer à lire … « You’re miles away »

Soleil vert

Une promesse.

Tout repose sur une promesse.

On a beau nous dire que c’est garanti, celle reste une simple promesse.

Vous connaissez Ponzi ?

  • Ponzi

Ponzi est un batisseur de pyramide.

Sur Wikipédia, à ce sujet, on peut lire ceci :

Un système de Ponzi (« Ponzi scheme » en anglais) est un montage financier frauduleux qui consiste à rémunérer les investissements des clients essentiellement par les fonds procurés par les nouveaux entrants.

Si l’escroquerie n’est pas découverte, elle apparaît au grand jour et s’écroule quand les sommes procurées par les nouveaux entrants ne suffisent plus à couvrir les rémunérations des clients.

Elle tient son nom de Charles Ponzi qui est devenu célèbre après avoir mis en place une opération basée sur ce principe à Boston dans les années 1920.

Continuer à lire … « Soleil vert »