A la faveur d’avril

Ce matin-là, il faisait très beau bien qu’un peu frais.

C’était il y a quelques années, au début du printemps, et j’ai rencontré un type qui a une grande influence sur moi.

Bien avant, j’en avais beaucoup entendu parlé mais sans éveiller particulièrement mon attention.

  • C’est l’histoire d’un mec…

Il est né dans un territoire occupé militairement. Ses parents étaient jeunes et pas encore mariés. Il faut savoir qu’à cette époque, avoir un enfant hors mariage était très mal vu. Pour tout vous dire, l’identité de son père biologique n’est pas très claire. On dit que sa mère aurait rencontré quelqu’un par le biais d’une annonce. Il semble que, sur ce point, ses parents aient choisi d’assumer la situation, laissant leur fils faire son chemin.

Mais dans la communauté, ça jasait déjà sévère.

Très tôt, il a montré une grande curiosité pour les questions de la vie et il se montrait très précoce. Continuer à lire … « A la faveur d’avril »

How do you define « real »? (1/2)

J’ai une amie que je n’ai jamais rencontrée. Est-ce alors une amie ? Si cela ne dépend que de moi, je dirai oui. Nous partageons un goût immodéré pour des choses bizarres. Par exemple, elle est de ceux qui se demandent si les androïdes rêvent de moutons électriques (son blog est ici)…

  • Et si la vie n’était en fait qu’un rêve ?

Il y a des années maintenant, un film a eu une influence énorme ma façon de penser. Je dis un film, c’est inexact. Il s’agit de la trilogie de The Matrix (1999).

Il serait illusoire de ma part de m’attaquer à l’intégralité des questions philosophiques abordées dans ces films. Je ne peux que vous inciter à les (re)voir. Pour ceux qui ne l’auraient pas vu, vous ne serez pas perdus en lisant la suite de ce billet, en revanche, spoiler garanti. Continuer à lire … « How do you define « real »? (1/2) »

Sans tambour ni trompette…

TF1 avait le champ libre pour envahir notre cerveau devenu disponible. Il n’en fut rien.

C’était une blague.

Une blague de circonstance. A consommer sur place. De celles qu’on ne réchauffe pas.

Une de ces blagues qui aura tout perdu de sa splendeur le matin au réveil. On lui appellera un taxi en évitant surtout de retenir son prénom.

Tout avait pourtant bien commencé. La soirée de ce weekend finissant était douce. Chacun commençait à entrevoir ce que serait son lundi. Dehors, il faisait froid pour la saison.

La discussion allait bon train. Le repos dominical avait permis aux participants de libérer leur esprit de la semaine passée comme la nouvelle se profilait à peine. Je n’avais pas fait un dixième de mon programme du weekend. Quelle honte… Continuer à lire … « Sans tambour ni trompette… »

Plaie d’hoiries n’est point mortelle…

Il m’est arrivé d’être avocat.

J’ai trainé ma robe de Conseil de prud’hommes en CPH pour l’essentiel.

Certains aiment les perm’ (permanence pénale) ou les démarches palais… J’ai toujours détesté ça! Moi, c’était l’audience, la plaidoirie.

  • Mes spécialités ? Le droit du travail un peu…

La vie d’avocat plaidant beaucoup est finalement assez simple, on court partout et tout le temps pour… attendre, attendre à n’en plus finir. Le second sport consiste donc à meubler ce temps d’attente de la façon la moins idiote. Il n’était pas rare de rentrer chez soi le soir après une journée d’audiences avec le sentiment de n’avoir, finalement, rien fait.

Cette vie m’a beaucoup plu pendant des années. Puis moins. Puis plus (de plu en plus, en somme…). Continuer à lire … « Plaie d’hoiries n’est point mortelle… »

Grippage A

J’ai souhaité tenir cette conférence de presse aujourd’hui, à l’occasion du lancement de la campagne vaccinale contre le nouveau virus A(H1N1) qui débute en ce moment dans les établissements de santé.

J’ai souhaité aussi que cette conférence de presse soit l’occasion de répondre aux questions que vous pouvez vous poser sur la vaccination.

(Lancement de la campagne de vaccination grippe A (H1/N1) dans les établissements de santé. Discours de Roselyne Bacchelot-Narquin. 20 octobre 2009) Continuer à lire … « Grippage A »